nous étions tout entiers dans la vie avenir devant c'était l'Amérique je léchais les draps la pénétrais jusqu’à l'âme, lueur sur le corps nu au bord des lèvres sexe pour sexe langues-anguilles dans l'océan du sexe en la cama de su boca on buvait la mer dans l'ourlet des draps l'espace s'agitait (le désir nous explosait)
infimes mordillements amoureux lovées dans les plis du silence toutes
les bouches des corps étaient ouvertes ça baisait les
odeurs nous prenaient à la gorge sucer avec dévotion
coït carnavalier membres de porcelaine les corps semblaient transparents l'odeur était forte on était face à face (as two nude cinderellas) (le soleil
était une dague) transpercés de haut en bas le
ciel traînait ses oripeaux
le soleil était un vrai soleil nous
nous aimions langue à langue elle
mouillait philosophie de la chatte ouverture
des lèvres main dans le slip les
insectes des sens grouillaient sa main fouillait entre
mes cuisses je la pénétrais
bouche à bouche vols de mains et de membres sur
les contrées des corps elle bouffffait
ses doigts dilatation du temps elle s’étalait
dureté des étreintes c… chaud
aussi vivant qu'un animal
familier pour mieux voir elle fer mait les yeux
mangeait le corps par la bouche blanc
douteux des draps — rue du nid
des seins explosion volcanique
des sens indices humides sur
les draps — le monde s'obscurcissait
sourire était sa seule façon de voir (visage en feu)
je bandais jusqu’au bleu un nuage se mettait à couvrir
le soleil exaltait de son ombre les gris
du paysage

explorations minutieuses tout
était dans tout coït IN(t)ÉG(r)AL
corps plastifiés je nageais dans les eaux ouvertes de la femme
le regard de sa bouche glissait sur
ma hampe son con tenait ma bite
montée nocturne de l'amour
nuit de musc et de neige sa vulve n'avait pas
l'odeur de la pluie des abeilles butinaient
ses seins le jus d'amour coulait à flots nos corps
criaient leur évidence (nous pouvions
à peine respirer (l'ombre
bleue des nuages filait au loin))


goût de prune des lèvres
vulve pleine comme un bigorneau
mordillements des grains de beauté
semés sur la blancheur
de sa chair nos corps palpitaient
TROIS MILLE ANS DE CHAIRS
intérieur compatissant des cuisses
ma bite était le clavecin dont elle
jouait bouche charnue elle baisait en
eaux profondes je l'enlaçais
ses mains me prenaient
par la verge le jour rayonnait d'amour